Vous êtes ici

Actualités

LANCEMENT DU PROGRAMME ÉLITE DE LA BRVM

Vendredi 10 novembre 2017

MOT D’OUVERTURE DU SECRETAIRE D’ETAT, AUPRES DU PREMIER MINISTRE, CHARGE DU BUDGET ET DU PORTEFEUILLE DE L’ETAT.

CRRAE UMOA,
Le 09 novembre 2017

  • Excellences Mesdames et Messieurs les ambassadeurs ;
  • Monsieur le Directeur Général du Trésor, représentant l’IGF ;
  • Messieurs les Représentants des institutions financières internationales ;
  • Messieurs les représentants des autorités de supervision du marché financier régional ;
  • Monsieur le Directeur Général de la BRVM ;
  • Monsieur le Représentant de la Bourse de Casablanca ;
  • Madame la Représentante de la London Stock Exchange ;
  • Mesdames et Messieurs les Représentants du Secteur Privé ;
  • Mesdames et Messieurs les Représentants du Secteur Financier ;
  • Honorables Invités ;
  • Chers Amis des Médias ;

Mesdames et Messieurs.

Le Premier Ministre, Amadou Gon Coulibaly, aurait voulu présider en personne cette manifestation, compte tenu de l’importance qu’il accorde au développement du secteur financier et au financement de l’économie nationale. Malheureusement, pour des raisons indépendantes de sa volonté, il n’a pu être des nôtres ce jour. L’honneur m’échoit donc de le représenter à cette cérémonie de lancement du programme ELITE de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilière (BRVM) à Abidjan.

Mesdames et Messieurs,

C’est lors de sa visite au siège de la Bourse de Londres, le 14 septembre 2017, que l’occasion fut donnée au Premier Ministre d’apprécier une présentation du projet qui nous rassemble ce jour. Je salue donc la concrétisation rapide de ce projet ainsi que les perspectives de financement additionnel qui seront dorénavant offertes aux PME.

Je voudrais, à cet effet, adresser au nom du Président de la République, et au nom du Gouvernement ivoirien, toutes nos félicitations aux équipes de la BRVM et de la Bourse de Casablanca pour leur étroite collaboration, celle-ci a favorisé l’élaboration du programme ELITE. La Côte d’Ivoire devient ainsi le second pays non européen, après le Maroc, à développer ce Programme.

J’adresse, en outre, mes vifs remerciements au représentant de la London Stock Exchange, pour le soutien de sa structure tout au long de ce processus.

Je me félicite, par ailleurs, de ce bel exemple de partenariat Sud-Sud, soutenu par l’expertise de l’une des plus importantes places financières mondiales.

A travers vos efforts respectifs et la mutualisation de vos compétences, vous offrez au marché financier régional une belle opportunité, de soutenir et favoriser l’innovation ainsi que l’entrepreneuriat.

J’associe à ces remerciements tous les acteurs institutionnels du Marché financier régional, notamment le Conseil Régional de l'Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) et le Dépositaire Central / Banque de Règlement (DC/BR), dont les efforts conjugués permettent faire de la BRVM l’une des Bourses les plus dynamiques en Afrique au Sud du Sahara.

Je voudrais, enfin, saluer l’ensemble des participants qui ont bien voulu s’associer à cet évènement et rehausser de par leur présence si distinguée, cette importante cérémonie.

Mesdames et Messieurs,

Le Gouvernement ivoirien s’est résolument engagé dans le processus de transformation structurelle de l’économie nationale, entamée avec la mise en œuvre du Plan National de Développement (PND) 2012-2015. Cette transformation se poursuit et s’accélère avec le (PND) 2016-2020. Ce plan est adossé à un important programme d’investissement de 30.000 milliards FCFA, dont 62% à financer par le secteur privé.

A cet égard, la problématique du financement du Secteur Privé en général et des PME en particulier constitue une priorité à laquelle le Gouvernement s’est engagé à apporter des solutions rapides, efficaces et durables.

Mesdames et Messieurs,

Depuis 2012, la Côte d’Ivoire s’est inscrite dans une dynamique de croissance économique forte, et inclusive, caractérisée par un taux de croissance annuel moyen de 9% environ sur les cinq dernières années. Le taux de croissance se maintient à un niveau élevé, avec une prévision de 8,1% pour 2017 et une moyenne de 8% sur la période 2018-2020. Ces évolutions devraient permettre à la Côte d’Ivoire de se situer en 2020 à la lisière de l’émergence souhaitée par le Président de la République et les populations ivoiriennes.

La poursuite de cette dynamique de croissance nécessite, des financements importants, soutenus notamment par un système financier efficace, innovant et compétitif.

Je voudrais déjà saluer les efforts déployés à cet effet par le secteur financier local. Ces efforts ont conduit à une évolution significative de l’encours des crédits à l’économie, qui est passé de 2.360 milliards FCFA en 2012 à 5.191 milliards FCFA en 2016, soit plus d’un doublement en 4 ans.

Malgré ces efforts, il convient de relever que beaucoup reste à faire, en particulier pour accompagner les PME, socle de l’émergence de nombreux pays dans le monde. En Côte d’Ivoire, les PME représentent 80% du tissu économique, alors qu’elles ne contribuent qu’à 18% du Produit Intérieur Brut (PIB).

En 2016, seulement 536 milliards F de crédits ont été octroyés aux PME par le secteur bancaire, représentant ainsi moins de 11% de l’ensemble des crédits à l’économie, alors qu’une étude réalisée par Entrepreneurial Solutions Partner (ESP) estime le besoin de financement annuel des PME à 3.574 milliards FCFA. Il apparaît donc clairement que le financement de ces structures est largement en deçà des attentes.

Dans un contexte marqué par la prépondérance du secteur bancaire qui, représente à peu près 85% des actifs du secteur financier, l’approfondissement du marché financier régional apparaît comme une alternative importante afin de diversifier les sources de financement et, in fine faciliter la satisfaction des besoins des PME.

Mesdames et Messieurs,

C’est le lieu de rappeler que le gouvernement ivoirien a adopté en 2014 la Stratégie de Développement du Secteur Financier, qui est mise en œuvre à travers le Programme de Développement du Secteur Financier (PDESFI).

En ce qui concerne les marchés financiers, les actions en cours de mise en œuvre, en coordination avec la BRVM et le CREPMF, visent à:

Favoriser la disponibilité de l’information financière ;

Augmenter la liquidité du marché 

Accroître le volume des transactions ;

Réduire les coûts d’accès au marché pour les investisseurs ;

Favoriser le développement de la notation financière.

Sur la même lancée de Développement du Secteur Financier, le Parlement ivoirien a adopté le 31 octobre 2017, la loi uniforme sur le crédit-bail.

De nombreuses mesures ont également été prises depuis 2011 afin de faciliter l’accès des PME à la commande publique, notamment à travers l’attribution d’un quota de 20% des marchés aux PME, et l’octroi d’une marge de préférence de 5% aux entreprises sous-traitant au moins 30% de leur marché aux PME locales.

Le Gouvernement a aussi adopté en 2015 le programme Phœnix, qui vise notamment à améliorer l’accès des PME aux financements et aux marchés.

L’objectif est de faire jouer un rôle prépondérant aux PME dans le processus de transformation locale de nos matières premières agricoles.

Mesdames et Messieurs,

Sur ce chemin difficile mais ô combien exaltant d’amélioration du fonctionnement et de l’efficience de notre financier, je voulais souligner la remarquable expansion de la BRVM au cours des dernières années, tant au niveau de sa capitalisation que du volume des transactions réalisées ainsi que du nombre d’entreprises cotées.

Je salue également les avancées telles que le passage à la cotation en continu et l’intégration de la BRVM aux indices MSCI (Morgan Stanley Capital International) et S&P Dow Jones. Je suis, par ailleurs, avec beaucoup d’intérêt les travaux de réforme en cours, pour doter la BRVM d’un troisième compartiment, exclusivement dédié aux PME et aux entreprises innovantes.

La mise en place du programme ELITE, en prélude de la création de ce troisième compartiment, devrait contribuer à rendre notre marché financier plus dynamique et faciliter l’intégration des PME au système Boursier régional.

En effet, les PME ne respectant pas encore les exigences liées notamment à la gouvernance et à la transparence, à l’élaboration de plan d’affaires, ou encore à la production et la diffusion d’informations comptables et financières, pourront pour les plus performantes d’entre elles bénéficier d’une mise à niveau grâce au programme ELITE.

Leur accès au Troisième Compartiment devrait ainsi être facilité par leur passage aux phases de formation et d’accompagnement soutenu.

C’est sur ces mots que je voudrais clore mon propos, en réitérant les vifs du Premier Ministre ainsi que les miens à la BRVM, à la Bourse de Casablanca et au London Stock Exchange pour le lancement du programme élite dédié au financement de nos PME.

Merci de votre aimable attention. Longue vie et pleins succès au programme ELITE.
 

Partage PARTAGER