9ème édition de la Conférence sur la facilité des affaires 'Ease of Doing Business initiative' (EDBI 2018) : Moussa Sanogo identifie les défis pour un meilleur classement dans le prochain Doing business


Le Secrétaire d’Etat chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo, a participé le lundi 26 novembre, à l’hôtel Ivoire, à Abidjan, à un panel de haut niveau sur l’importance du programme de réforme du climat de l’investissement pour relever les défis de la croissance économique en Afrique. Organisé dans le cadre du forum Easy for doing business qui s’y tient actuellement, ce panel était composé de Dr Jumoke Oduwolé, Conseiller spécial du président du Nigeria, Dr Gabriel Ajeedra Aridru, le ministre de l’Economie et des Finances de l’Ouganda, Ibrahima  Guimba Saidou, Ministre conseiller spécial, par ailleurs Directeur général de l’Agence pour l’information (ANSI) du Niger, Kadher Barry, Conseiller spécial du Premier ministre de Guinée et Soro Nagolo, Président de la commission en charge de l’environnement des affaires à la CGECI. Le point commun de ces pays, c’est qu’à l’instar de la Côte d’Ivoire qui figure dans le top 10 des pays les plus réformateurs au monde, tous sont engagés dans des processus qui leur ont permis de faire des bonds substantiels au classement. Les attentes sont grandes, les défis à relever pour avoir un climat totalement assaini innombrables. Mais des efforts ont été accomplis dans les résultats sont salués par la Banque mondiale et la SFI.


Au cours des  échanges, le Secrétaire d’Etat Moussa Sanogo, a indiqué des problématiques liées à l’amélioration du climat des affaires, se trouve la question de la volonté politique. Avec l’ensemble des intervenants, il pense que cette volonté doit être portée au plus haut niveau. Il a souligné également la nécessité d’avoir un dispositif performant et dynamique, animé par des acteurs spécialisés en matière de Doing business. En Côte d’Ivoire, un Secrétariat d’Etat a été créé qui s’occupe exclusivement des questions d’amélioration de l’environnement des affaires et de l’investissement.


Moussa Sanogo a également relevé la nécessité d’un suivi-évaluation efficace, en accord avec les autres panélistes qui ont soulevé la question de la coordination de l’action du gouvernement. Enfin, il y a tout ce qui a trait aux infrastructures de général : l’infrastructure physique comme les ponts, l’infrastructure écologique, et différents ouvrages qui devraient faciliter les affaires.


« En Côte d’Ivoire, nous ne sommes pas si mal que ça ; quand on regarde les différentes réformes que nous avons mené en 2018, et qui nous ont permis d’être parmi les pays les plus réformateurs, la question  de la dématérialisation des actes est l’un des points clés », a déclaré le Secrétaire d’Etat. Il a appelé les Etats africains à garder le cap, à poursuivre les efforts, pour qu’au prochain doing business, l’on puisse constater que chacun des pays a encore progressé au niveau du classement.